XLGD architectures

L'agence d'architecture et d'urbanisme XLGD est une structure franco autrichienne fondée par l'association de Xavier Lagurgue et de Günther Domenig.

Ceci est la version du site XLGD architectures optimisée pour les navigateurs ne disposant pas de la dernière version du plugin flash.
Pour visionner le site dans de meilleures conditions veuillez télécharger la dernière version de flash player en cliquant ici.


nous écrire
XLGD architectures
15, passage de la main d'or
75011 Paris
T +33 (0)1 48 06 44 00
F +33 (0)1 48 06 52 53

White Bird

White Bird se veut différent des joailliers établis Place Vendôme et des grandes galeries marchandes. Un concept beaucoup plus individualiste a été élaboré avec Stéphanie Roger, fondatrice de la marque, pour être en phase avec les bijoux exposés. Il ne s'agit en fait que de pièces uniques, rares et raffinées, réalisées avec des créateurs de bijoux venant du monde entier. Ceci nous a conduit à réaliser un univers particulier avec des vitrines d'exposition en habillage d'osier, ou en planches de bois brut patiné. Les colombages, découverts lors de la démolition, ont également permis d'interpréter l'exposition de bijoux d'une manière plus ludique. White Bird tente d'obtenir un équilibre entre le luxe et les matières brutes, entre le magasin et le chez soi, entre la culture mondiale et le raffinement parisien.

XLGD

Vertical Urban Biotope

VUB, l'hyperdensité verticale
Dans le cadre de la compétition internationale “Evolo, Skyscrapers 2007”, le gratte ciel est envisagé comme modèle de biotope urbain vertical : VUB, Vertical Urban Biotope. Implantés dans le centre de Paris, sur les traces du plan Voisin de Le Corbusier, les VUB sont une provocation constructive adressée en réponse à la question de l'hyperdensité urbaine.
1- Les VUB sont superposés à la vieille ville qu'ils préservent, jamais sur le sol vierge de la zone périphérique.
2- Chaque VUB est desservi par le métro, et correspond verticalement à un croisement de modes de déplacements au sol et en infrastructure.
3- Chaque ville verticale est constituée en écosystème. Elle possède un métabolisme propre avec plusieurs immeubles qui se superposent dans le temps en phase de croissance puis, le cas échéant, en phase de régression qui s'accompagne d'une évolution de l'enveloppe. La ville verticale est un chantier permanent.
4- Un “Climax”, état le plus stable de l'écosystème, est créé dans une capsule de verre qui abrite chaque ensemble de constructions du VUB.
5- Les climax abritent les formes de vie végétale, animale et humaine. La double peau abrite un dispositif d'agriculture verticale de micro algues en cassettes. Ces micros algues participent à la production et au stockage de l'énergie nécessaire au fonctionnement du bâtiment.
6- Les VUB sont des centrales de production d'énergie renouvelable à partir du vent, du soleil et de la biomasse.
7- Chaque VUB est totalement autonome en fluide et énergie. La quantité d'énergie produite en fonction de l'état de la météorologie détermine le niveau de fonctionnement de l'écosysytème. Pas de vent, pas de soleil : Pas de travail, comme en cas d'intempéries dans le secteur de l'agriculture ou du BTP.

2 rue du couvent

L'appartement est situé dans un ancien couvent des Bénédictines du Bon Secours, longtemps occupé par un artiste qui en avait fait son atelier. Cyrano de Bergerac s'y serait réfugié peu de temps avant sa mort auprès de Roxane, sa cousine… Les lieux sont calmes, chargés d'histoire, baignés de soleil au dernier étage où nous nous trouvons. Nous créons deux espaces. Une partie nuit sur deux niveaux et un grand séjour ouvert sur la cuisine qui occupe tout le volume disponible et s'ouvre sur le ciel par une large verrière. L'isolation renforcée de l'enveloppe intérieure permet de contrôler les déperditions thermiques. Une cheminée à foyer fermé, une VMC simple flux et la régulation des apports thermiques de la verrière permettent de créer un climat dérivé faiblement énergivore. Le sol quant à lui, est resté brut de ragréage, simplement vernis.

XLGD

2 cabanons

Cabanon Unterweger
Le site exigu oblige à s'étendre sur la terre ferme car la réglementation n'autorise pas un agrandissement substantiel côté lac. De la berge jusqu'au plongeoir, c'est un paysage de bois qui est composé par la succession des pontons, plateformes, garde-corps, façades et toitures. L'emploi d'une seule matière permet de mettre l'accent sur la simplicité, tout en faisant ressortir la complexité des transitions.


Cabanon Naggl
Avec des accès privés au lac de plus en plus rares et des contraintes réglementaires de plus en plus exigeantes, il a été nécessaire de trouver une solution répondant aux critères propres au site. De plus, le bâtiment se trouve en partie sur une station de pompage de la commune, dont l'accès en cas de nécessité est indispensable. De ce fait, seule une forme monolithique, très compacte, a permis de pré fabriquer le cabanon en atelier ainsi que de le poser par une grue mobile. Le cas échéant, l'utilisation d'une grue permettra la dépose temporaire pour l'entretien de la station.

Extension N

L'extension reprend à la demande expresse du client les principes d'une intervention quasiment chirurgicale, déjà pratiquée par l'agence dans le cadre du projet de la suite pour l'hôtel Enzian. Un nouveau volume traverse d'est en ouest la charpente existante tout en gardant la forme originale de la toiture. Un grand porte-à-faux sur la façade Est permet à la fois de loger le programme demandé (chambre, salle de bains, dressing, sauna, zone de repos) et d'ouvrir l'espace habitable sur le paysage champêtre de montagnes et d'alpages très préservés. Les stratifiés HD de toiture noire de la peau extérieure habillent une ossature bois (panneaux KLH) à l'exception des suspentes en inox, nécessaires au maintien du porte à faux. Cette couleur noire fait écho à la toiture de l'église voisine et permet ainsi, malgré sa forme inhabituelle, de relier l'extension à son environnement immédiat.

Maison LCX3

Le 23 janvier 2009, la tempête Klaus ravageait la forêt d'Aquitaine. La maison LCX3, alors en construction échappe à la tourmente mais se retrouve mise à nue sur la landes, pas un seul des pins du sous bois sous lequel elle s'abritait n'est resté debout. Construite en ossature bois, entièrement bardée de ces pins des landes désormais surabondants, la maison est une installation bioclimatique à l'écoute du vent et du soleil. Son volume ultra compact exploite sur trois niveaux habitables la totalité du gabarit autorisé par la réglementation urbaine en limitant au maximum son emprise au sol. L'enveloppe largement vitrée permet l'observation de la nature alentours et la récupération des apports solaires. Une double peau de colombages protège la vue et recrée depuis l'intérieur un premier plan au paysage. Haute sur pattes mais familière, avec son volume simple et presque enfantin, cette maison de bois propose une vision revisitée de l'archétype landais du pigeonnier.

Ollainville

Immeuble de bureaux
Projet sélectionné pour le prix de la première œuvre du groupe Moniteur en 2007


Le bâtiment est constitué d'une barre de 52 m de longueur par 8 m de large en appui hyperstatique sur trois plots qui structurent le rez-de-chaussée. Situé le long de la route d'accès, il signale la façade de l'usine existante à l'arrière plan dont il est séparé par une zone fonctionnelle de manœuvre et de stationnement. Un motif en échiquier caractérise la façade du bâtiment dans lequel les fenêtres apparaissent comme des parties manquantes dans le calepin de briques. Leur position en retrait des tableaux renforce la perception de vide et participe au confort visuel intérieur. Afin de parvenir à un niveau de coordination dimensionnelle suffisamment précis pour contenir l'enveloppe dans un nombre entier de modules céramiques une nouvelle technologie de pose au mortier colle a été mise au point en remplacement des traditionnels joints au mortier. Les usines Wienerberger ont produit la totalité des produits céramiques mis en œuvre par le projet : monomurs pour les parties porteuses, briquettes de façade, plaquettes détournées avec pose à l'envers pour les parements des plots du RDC. Les sols coulés à base d'asphalte sont eux-mêmes chargés de morceaux concassés des briques qui sont recyclées après avoir été mises au rebus par la chaîne de production industrielle.

Plateau de Saclay

Consultation internationale de l'OIN Pour un développement urbain durable du Plateau de Saclay. Projet Lauréat

Quel territoire projette-t-on pour quelle société? Prévoit-on de transformer le plateau en un immense campus réservé aux chercheurs de passage et aux cadres supérieurs ? Ne risque-t-on pas alors, à trop vouloir ressembler aux modèles anglo-saxons de couper l'aménagement de tout ancrage local, et de perdre du même coup une grande partie de l'attractivité escomptée? Ne risque-t-on pas aussi, à défaut d'une maîtrise orientée de la politique foncière, de laisser se mettre en place le phénomène que Vincent Renard qualifie de “  centrifugeuse sociale ”, avec, à terme, la disqualification profonde de zones entières du territoire ? Nos propositions partent des villages existants et du paysage agricole caractéristique de l'île de France qu'elles préservent pour faire du plateau de Saclay un lieu hybride unique dans le paysage de la recherche internationale. Nous proposons également la mise en place de moyens de transports locaux d'avant garde comme un tramway autoguidé sur pneus et une voiturette électrique en libre service qui participeront à l'identité du territoire. La dispersion des points desservis par, le tramway, les bus en site propre, les bus locaux, les voitures électriques, reliés entre eux par des chemins piétons et des pistes cyclables débouche sur un maillage de l'espace urbain qui dilue à proportion les zones de spéculation foncière. Moins sollicités, les nouveaux aménagements sont plus à même de recevoir l'indispensable mixité sociale nécessaire à l'équilibre de tous.

Immeuble de logement BBC

On entend par “Bâtiment Basse Consommation” ( BBC) un immeuble dont la consommation d'énergie finale est, en île de France, inférieure ou égale à 65KWh/m2 an, selon les critères du label effinergie RT 2005 concernant la consommation de chauffage, d'eau chaude, de ventilation et de conditionnement d'air. L'immeuble est conçu pour devenir un “Bâtiment à énergie positive” (BEPOS) avec un montage immobilier dans lequel la double façade, faite de volets en panneaux photovoltaïques, constitue une opération en soi de “ferme solaire” développant 35 KWc. À terme, l'énergie produite sera partiellement stockée dans les batteries des voitures électriques des occupants qui participeront à la mutualisation de l'énergie entre le bâtiment et ses véhicules attachés. Le projet écologique se déploie sur une parcelle de 729 m2. Il prévoit de préserver 160 m2 en pleine terre afin d'y créer une zone de “jardins partagés”privatifs et de créer 195 m2 de toiture végétalisée extensive. Ces surfaces vertes participent à la création d'habitats artificiels, (voir la définition de cette notion dans “Urbanisme sous marin” sur notre site) afin de favoriser la vie animale et la biodiversité dans son ensemble.

Spa et garage à bateaux

L'ancien garage à bateaux datant des années trente a été remplacé par un nouveau bâtiment sur pilotis. Sur ce projet sensible, le permis de construire a été obtenu en suivant un long processus de concertation, qui s'est conclu par une réunion sur site associant les riverains et l'ensemble des autorités concernées. La réalisation a ensuite été conditionnée par la période de gel du lac, car l'accessibilité pour l'engin nécessaire au battage de la centaine de piliers en mélèze n'est possible qu'à la fin février, lorsque la glace atteint une épaisseur suffisante. Les travaux de finitions sur les façades ont quant-à eux été réalisés au printemps, depuis des bateaux, après la fonte de la glace. Le nouveau bâtiment abrite désormais un garage à bateaux dont les dimensions ont été réduites pour laisser place à un spa avec sauna, un hammam, une salle de repos et des locaux annexes. Un ponton de bois relie le bâtiment à la berge à travers les roseaux. Le projet s'inscrit dans la démarche “développement durable” de notre agence. L'utilisation de mélèze comme matériau principal de construction, l'intégration du bâtiment dans un biotope fragile, la compacité du volume construit et l'utilisation de panneaux solaires pour le chauffage de l'eau sont autant d'éléments qui confèrent à ce bâtiment son caractère écologique.

Seehotel Enzian

L'hôtel est de facture traditionnelle mais remarquablement situé. Il bénéficie d'une vue panoramique sur le Weissensee auquel il fait face et sur les montagnes qui l'entourent. Nous avons procédé sur le corps du bâtiment à la greffe presque chirurgicale d'un module habitable. On est dans ce nouvel espace comme dans un cockpit, confronté aux spectaculaires mouvements de transformation de la nature environnante. L'extension a été réalisée en mélèze, en continuité avec l'existant dans le respect de la tradition constructive locale. Sa précision et sa radicalité augurent de nouvelles interventions. Leur succession aboutira à la mutation complète de l'édifice. La première intervention dans les anciens combles aboutit à une étape supplémentaire qui consiste à créer trois suites au premier étage.

XLGD architectures

Square de Boston

Ésplanade et square de Boston

Le projet d'une superficie d'environ 15 000 m2, permettra de transformer le square aujourd'hui frappé d'obsolescence et considéré comme une fin de ville, en un lieu de centralités et de convivialité. Le projet a d'abord la volonté de rendre au square de Boston la dimension historique en poursuivant les éléments structurants de la composition urbaine existante tout en revalorisant l'ancien chemin de halage. Il affirme la nécessité de distinguer entre deux types d'espaces fonctionnels que sont un espace vert simplement engazonné pour rester évolutif, dédié à la détente et à la promenade et une esplanade urbaine, à la fois minérale et plantée, pouvant accueillir différentes animations festives. La réinterprétation de la topographie du site permet d'assurer le drainage des eaux de pluie et la pérennisation des sols. Le projet opère une transformation du paysage urbain afin de redonner à la ville ses points de vue essentiels, sur la Mayenne et sur son viaduc.

Villa L

Ce projet, pour lequel XLGD n'a été missionné initialement que pour l'assistance à la maîtrise d'ouvrage, a finalement abouti à une étroite collaboration avec l'architecte Jean-Marc Roques du cabinet GEA, imposé par le règlement du lotissement de Piantarella. Au fur et à mesure de l'avancement du projet, le client a confié à XLGD l'aménagement intérieur de la villa, faisant ainsi suite à une précédente collaboration sur un appartement parisien. L'aspect extérieur de la villa, qui ressemble davantage à un petit hameau qu'à une maison traditionnelle, est dominé par l'utilisation de bois. Il est employé à la fois pour la charpente et pour les revêtements, tandis qu'à l'intérieur ce sont des matériaux minéraux qui prédominent : pierre, terre cuite, pierre de lave, carreaux émaillés, béton teinté…

Maison D

Le bâtiment d'origine se présentait comme une construction standard placée sur un site extraordinaire. Il s'agissait en effet d'un chalet du début des années 80 implanté sans prise en compte des particularités du site, de sa topographie, de son exposition ni de ses vues. En un temps record, l'agence XLGD architectures est intervenue – six mois seulement se sont écoulés entre le début des études et la livraison du chantier – avec pour objectif de palier les manques fonctionnels fondamentaux. Il était nécessaire de créer une chambre dans les combles et d'agrandir le séjour tout en orientant la maison vers le magnifique paysage alpin. L'extension avec la terrasse a suivi naturellement l'axe est-ouest de la vallée et du lac. Le choix du bois comme système constructif, choix parfaitement relayé par la qualité des charpentiers de la région, a été pour beaucoup dans la réussite de cette première phase de chantier. La seconde phase de travaux consistait en l'ajout d'un volume supplémentaire. Nous avons logé ce vaste espace polyvalent, vitré sur trois côtés, sous la terrasse, ceci afin de ne pas gêner les vues dégagées lors de la première phase de travaux tout en profitant généreusement de l'environnement naturel. Aujourd'hui, le site et le projet ont trouvé un nouvel équilibre : le paysage tout entier semble s'inviter dans les pièces panoramiques au fil d'époustouflantes variations météorologiques.

XLGD